Vous trouverez ci-dessous tous les derniers articles que nous écrivons, classés par ordre anti-chronologique.
Chaque article se trouve également dans l'onglet du pays correspondant (dans la barre horizontale ci-dessus).

dimanche 25 septembre 2016

Slovaquie : quelques villages et Bratislava



Du 9 au 15 mai 2016

La Slovaquie... nous écrivons ces lignes quatre mois après, et beaucoup de souvenirs sont déjà enfouis et recouverts par tout un tas de nouvelles choses.

Après Budapest, nous aurions pu tout simplement suivre l'Eurovélo 6 et le Danube qui délimite la frontière entre la Hongrie et la Slovaquie. Nous serions directement arrivés à Bratislava, sans visiter le pays slovaque. Mais notre curiosité n'est pas complètement tarie, et nous décidons de quitter la vallée du Danube pour visiter quelques villages de l'arrière-pays.

Notre première étape : Banská Štiavnica, une ancienne cité minière. Quelques rues sympas, quelques églises fermées, un musée sur les mines d'argent, de jolies façades peintes et un calvaire sous la pluie.
Une chose a surtout retenu notre attention : la colonne de la peste, sur la place de la Trinité.
Ce gros monument en marbre est entouré de statues représentant les saints patrons des mineurs. Construit dans la partie haute d'une place pentue, sur un sol en gruyère, il  dévale gentiment la place depuis quelques années, emporté par son propre poids!

La colonne a glissé d'une trentaine de mètre depuis sa construction
La croix de Lorraine se retrouve ici, ainsi qu'en Hongrie
Murs pignons en bois percés de jolis motifs
Façades peintes
  
Le calvaire de Banská Štiavnica

Pour nous, la Slovaquie, c'est aussi une petite poupée de paille que nous a offerte le monsieur de l'office de tourisme de Trnava. Un gars très dynamique qui souhaite dynamiser le secteur du tourisme en Slovaquie. C'est pas gagné... mais il a plein d'idées.

 
 

- Bratislava! Notre dernière ville soviétique!!!
On nous avait dit que Bratislava n'était pas très intéressante. Et c'est vrai que c'est pas grand, ni très riche architecturalement parlant. Le quartier juif, qui était charmant, a été rasé pour laisser place à une autoroute urbaine. Pourtant, on s'y sentait bien à Bratislava. Il y a de la bonne bière et un grand monument à la gloire du communisme (on a finit par s'y attacher aux soviets :-). Et puis à Bratislava, il y a la communauté italienne, avec son souffle de chaleur et son petit grain de folie!

Nous avons été hébergé par Roberto, qui vient de Sardaigne et habite dans un appartement design situé près du château. Roberto aime le jardinage, la cuisine (italienne), sa copine Seraphina, les monuments soviétiques, et les vélos Campagnolo (très sensuels). Roberto n'aime pas Amazon et le capitalisme.


Enfin, à Bratislava, un vrai bar à bières, Youhou!!!
Roberto et Seraphina
Le petit coin de paradis de Roberto

Et voici la toute petite vidéo pour la Slovaquie : 



On adore cette image. 





lundi 5 septembre 2016

Hongrie : Vélo express pour Budapest!


Du 1er au 8 mai 2016

Huit jours en Hongrie, c'est peu... on ne peut pas dire qu'on ait vraiment découvert la culture hongroise. Sur les huit jours dans le pays, nous en avons passé quatre à Budapest, avec Sam, Raph et Céline, et ça, c'était trop chouette.

Après Subotica et la frontière serbe, nous entrons directement dans la ville de Szeged, elle aussi très riche en bâtiments "Sécession". Voici le palais Reök, qui nous a particulièrement plu :


 

Il y avait aussi ceux-là, qu'on ne peut pas oublier non plus :
Le palais Ungar-Mayer (voir l'ornementation de la coupole!)
La synagogue monumentale

Avant de quitter Szeged, nous devons faire le plein d'eau, et nous trouvons une source en plein centre-ville, entourée d'une curieuse animation : c'est que l'eau sort à 51°C, et confère des vertus spéciales... par exemple, elle est recommandée pour la digestion. Bon, en tout cas, elle a un petit goût particulièrement agréable!


À Kecskemet, on se marre bien devant le "plus beau" bâtiment Sécession de la ville : les petits cœurs bleus qu'on trouve un peu partout sur la façade, mais aussi en longues frises décoratives ne nous émeuvent pas tant que ça! Sinon, le centre-ville est sympa, avec des espaces piétonniers, un parc et de beaux immeubles du 19e. Maintenant, nous remarquons que les beaux centres-ville, avec des espaces publics de qualité, deviennent la "règle générale"... ça, c'est quand même un point fort de l'Europe!
Dans le même registre, il faut souligner l'incroyable réseau de pistes cyclables en Hongrie. Quel confort, quel calme...

Un bâtiment drôlement moche ou mochement drôle à Kecskemet
Contre-allées en espaces partagés piétons-voitures-vélos
Les pistes cyclables c'est chouette...
... mais la contre-partie, c'est que les routes sont interdites aux vélos. 
Et quand il n'y a pas de pistes cyclables, ça donne ça.
Labour à la charrue

Ce soir-là, autour de la tente, les lièvres gambadent et les chevreuils aboient. Comme presque tous les soirs. C'est la saison des amours! Étienne part en "chasse", appareil photo en main. Mais il faut croire que sa mine barbue ne séduit pas les biches, il revient bredouille!

 Et nous voici déjà à Budapest. On y retrouve Céline et  Raphaël, petite sœur et petit frère d'Étienne, qui arrivent en avion, et on a également la surprise de voir arriver Samuel, le grand-frère, qui nous rejoint en dernière minute en covoiturage! La tribu est réunie, il ne manque plus que quelques bières, et tout est là pour passer un pur week-end ! Plein de délires, de longues conversations, et la joie de se retrouver. Et aussi, on aime beaucoup Budapest.

Céline et Raph

Devant le Parlement
Dans le Parlement
Chaussures au bord du Danube, en commémoration des juifs exécutés et noyés 
par le parti fasciste des Croix fléchées en 1944
Le Kürtőskalács, une pâtisserie en forme de cylindre qui se vend dans la rue

Céline et Raph repartent déjà, puis Sam le jour suivant... il est temps de retrouver notre tente. Nous suivons des pistes cyclables, et à 10km seulement du centre, nous campons face au Danube. Ces quelques jours étaient intenses, on est heureux et crevés!

Szentendre, c'est un petit village tout mignon au bord de l'eau. Puis on prend des bacs pour traverser le fleuve, on suit de gentilles pistes cyclables, à Vac on visite la plus moche église du monde (qu'Étienne tient à visiter quand même), et on se trouve déjà devant la frontière slovaque... par habitude, on sort nos passeports, mais sous l’auvent du poste-frontière, il n'y a personne. On met un petit temps à comprendre...!

Szentendre
Nous croisons de plus en plus de cyclos depuis Budapest
Pas une seule moulure dans cette église : que de la peinture!
 The film!


 Un dernier regard sur Budapest :